Zoom sur "le jardin d'éveil"

Publié le par E Simon


Le Jardin D’éveil est une nouvelle solution expérimentale d’accueil complémentaire à l’accueil effectué par les établissements d’accueil du jeune enfant. Il est adapté à la tranche d’âge des 2 – 3 ans.


Le jardin d’éveil est une structure intermédiaire entre la famille, la crèche ou l’assistant(e) maternel(le) et l’école maternelle. Le jardin d’éveil doit faciliter l’éveil progressif de l’enfant.

Il peut être implanté dans des locaux communaux(existants ou nouveaux locaux) adaptés aux besoins d’enfants très jeunes :espace repas, espace jeux, sanitaires adaptés.

La capacité d’accueil minimale recommandée est de 24 places sur la base d’unités de 12 places.

L’amplitude d’ouverture : Son amplitude horaire devra être comparable à celle d’un établissement d’accueil du jeune enfant ex :7,30h ou 8h à 18,30h ou 19h. Il devra fonctionner au moins 200 jours par an.

 

Un projet d’établissement devra être élaboré ainsi qu’un règlement de fonctionnement.

Le personnel recruté pour les jardins d’éveil est du personnel qualifié petite enfance.

Le taux d’encadrement des enfants devra se situer dans une fourchette de 8 à 12 enfants pour un adulte selon les moments de la journée.

 

Les porteurs du projet peuvent être : une commune ou un regroupement de commune, une administration, une association à but non lucratif, un organisme mutualiste, une entreprise

 

Le financement sera assuré principalement par la branche famille(caf ou msa), le porteur de projet, les familles en fonction de leurs revenus

 

Le prix de revient ne doit pas dépasser en moyenne 8000 euros la place La branche famille contribuera à hauteur de 3200 euros en moyenne par place sous la forme d’une prestation spécifique expérimentale. Suivant les caractéristiques du jardin d’éveil et le montant de la participation des familles, le coût global pour le porteur du projet s’élèvera en moyenne à 2900 euros par place et par an.


Pour mettre en place un jardin d’éveil, le projet doit être décrit précisément. Les candidatures doivent être adressées à la CAF ou la MSA. La sélection est ensuite effectuée par un jury national sous l’égide du ministère en charge de la famille ou de son représentant. Lorsque le projet est retenu, le porteur du projet devra solliciter l’avis du président du conseil général si le porteur du projet est de droit public ou l’autorisation si il est de droit privé.

 

La création d’un jardin d’éveil doit faire l’objet d’une convention avec les principaux associés du projet. Après un an de fonctionnement, une évaluation intermédiaire doit avoir lieu.

Publié dans vie communale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article